Salvador

Arrivée

Il peut être que l'arrivée à Salvador se présente peu prometteur : tout d'abord un aéroport beaucoup trop climatisé, au dehors il fait déjà nuit et les pistes de l'aéroport sont mouillées par la pluie. Ensuite l'extérieur pour chercher le bus de navette : l'air est chaude, usée et humide. Pendant le trajet dans le bus l'ambiance tombe encore - un jeune brésilien raconte comment il vient de se faire agressé et volé dans la rue. Automatiquement on enlève la montre et la glisse dans son sac à dos.

Décorations pendant la 'Festa de São João'
Décorations pendant la
"Festa de São João"

Festa de São João

Mais comme la ville change son visage ! La recherche d'un hébergement nous mène au coeur de la vieille ville - il semble qu'une grande fête de rue est en train d'avoir lieu. Le vent chaud transmet de vagues de musique dans les rues. Plus qu'on s'approche du spectacle plus nombreux deviennent les gens dans la rue. Enfin on se retrouve sur la place centrale devant une église illuminée, les rues décorées avec de petits drapeaux (banderinhas) et de lampions colorés, la vieille ville pleine du monde, de la musique à tous les coins, les bars et restaurants avec les fenêtres et portes ouvertes.

Il s'agissait de la "Festa de São João" (fête de St. Jean) qui se déroule chaque année entre le 21 et le 24 juin. En observant plus attentivement, il devient évident que la fête ne se passe pas d'une manière si décontractée que l'on a pensé lors des premières impressions. A tous les coins de rue la police municipale a mis de gardes qui doivent assurer la sécurité des touristes (des gringos mais aussi des brésiliens). Cela donne un goût étrange, de seulement pouvoir se réjouir de la fête sous protection de police.

Dans le soleil tôt le matin, les rues décorées se présentent très différemment. La plupart des habitants dorment avec une gueule de bois après avoir fêté et bu jusqu'à l'aube. Ainsi les rues sont presque vides, juste quelques femmes discutent avec leurs voisines et les hommes de la propreté municipale balayent les rues et ramassent les ordures de la veille.

Bâtiment colonial
Bâtiment colonial

Patrimoine de l'Humanité

La vieille ville de Salvador est classée par l'UNESCO comme patrimoine de l'humanité. Depuis les années 80 plus que 850 maisons coloniales ont été restaurées. Elles brillent de nouveau dans leurs couleurs originales (rose, bleu céleste, jaune clair, vert clair) avec les châssis en blanc d'ivoire et du carrelage dessiné à la façade. D'autre côté il ne faut jamais oublier que la beauté des maisons a été achetée avec la force de travail et le malheur d'innombrables esclaves.

Surtout la place de "Pelourinho" est moralement contaminée. A l'époque, des esclaves y ont été punis et fouettés. Aujourd'hui il y a qu'une seule petite plaque commémorative qui rappelle au chapitre le plus sombre. Malgré tous, cette place très pittoresque (il faut l'admettre) avec l'église "Nossa Senhora do Rósario dos Pretos" est l'image le plus célèbre de Salvador.

Au dehors du centre ville restauré, il y a des quartiers complets sans être entretenus proprement. D'innombrables maisons attendent des pelles et des brosses. On y sent le charme étrange d'une ville en dégénération. Des petits arbres poussent sur les toits, des fenêtres ont été barricadées avec de planches de bois, des affiches restant aux murs qui se sont décolorés avec le temps, des grilles de fer se rouillent silencieusement et des carrelages de façade tombés partiellement. Mais on s'imagine la richesse et la beauté du vieux Salvador.

Bahia

Salvador est la capitale de l'état de Bahia (BA). Avec ses deux millions d'habitants, Salvador est parmi les villes plus importantes du Brésil. C'est aussi l'université de Salvador qui est assez connue. Les baianos, comme on appelle les gens de Bahia, sont d'une grande majorité de l'origine africaine. Pendant l'époque de colonisation, d'innombrables esclaves africains ont été transportés dans des bateaux portugais au Nouveau Monde.

Ainsi, les racines religieuses de l'Afrique se sont mélangées avec le christianisme. Une de ces mélanges de religions est le "Candomblé" - dans lequel les saints chrétiens ont été remplacés par les figures des religions africaines.

Capoeira

Capoeira est un mélange entre art martial et danse. Ce sport est très populaire au Brésil, surtout à Bahia. Les combattants/danseurs portent des pantalons blancs de toile de lin et laissent le haut du corps libre. Les exercices sont accompagnés de la musique de Berimbau, un instrument à cordes typique. Normalement ce sont des groupes d'athlètes noirs qui font leurs exercices, à la plage ou ailleurs.